Col du Tourmalet

Le Col du Tourmalet est le col le plus célèbre des Pyrénées, le plus haut col routier du massif côté français. Le Tour de France y est passé à près de 80 reprises, un autre record !
Il relie les stations de ski de Barèges et La Mongie.

  • Altitude : 2115 mètres
  • Département : Hautes Pyrénées (65)
  • Région : Midi Pyrénées
  • Ouverture du col : de mai à octobre

Carte de situation du Col du Tourmalet


distance en kilomètre jusqu'au colDistances en kilomètres pour accéder au col :
– par le versant ouest : Barèges à 10,9 km, Luz-Saint-Sauveur à 18,2 km, Station de Luz Ardiden à 36 km, Gavarnie à 38 km, Argelès-Gazost à 36 km, Cauterets à 40,5 km, Lourdes à 47,6 km, Col du Soulor à 55,4 km.
– par le versant est : La Mongie à 7 km, Sainte-Marie-de-Campan à 17 km, Campan à 22,8 km, Bagnères-de-Bigorre à 28,7 km, Col d’Aspin à 30 km, Arreau à 42,5 km, Saint-Lary à 54,5 km.

Profil de la montée en vélo

Le Tourmalet est un col mythique du Tour de France avec 78 passages ! Andy Schleck s’y est imposé sur le Tour 2010 devant Alberto Contador.
En 2013, le col est sur le parcours de la cyclosportive La Pyrénéenne le 14 juillet, et le Tourmalet Night Expérience partira de Luz Saint Sauveur le 8 juillet et le 5 août à partir de 20h30 pour une montée et surtout une descente en nocturne.

  • Montée depuis Luz Saint Sauveur (versant ouest) :
    Distance : 18,2 km – Dénivelé : 1435 mètres – Pente moyenne : 7,9 %
    Une longue montée aux pourcentages très réguliers. Après les deux premiers kilomètres de mise en bouche, toute l’ascension propose des pentes comprises entre 7 et 9 %. La sortie de Barèges et le dernier kilomètre sont les plus durs avec des pointes jusqu’à 10 %.
  • Montée depuis Sainte Marie de Campan (versant est) :
    Distance : 17,2 km – Dénivelé : 1265 mètres – Pente moyenne : 7,4 %
    Malgré un pourcentage moyen inférieur au versant Ouest, la montée par le versant Est est considérée comme plus dure. Car après 5 kilomètres inférieurs à 5 %, la pente s’accentue nettement à partir du hameau de Gripp. Aucun répit jusqu’au col, entre 8 et 10 %, et des pointes à 11 % au passage des paravalanches et dans la traversée de la station de la Mongie.

Vue aérienne du Col du Tourmalet

Informations pratiques

Le passage du col est limité en place, vous trouverez un bar-restaurant et une boutique de souvenirs. Un petit parking est situé à 50 mètres du col, versant est.
Le Géant du Tourmalet est l’attraction du col.  Cette grande statue en fer représentant un cycliste en plein effort sur son vélo, rend hommage aux Géants de la Route et notamment à Octave Lapize qui fut le premier coureur de l’histoire du Tour de France à franchir le Tourmalet en tête le 21 juillet 1910. A noter que la statue est redescendue chaque hiver en vallée.
A gauche de la statue, un buste en bronze de Jacques Goddet, directeur du Tour de France pendant 50 ans, et une plaque commémorative en l’honneur de Jean-Raoul Paul, créateur de la route du Pic du Midi. Route qui montait à l’époque (presque) au sommet du Pic du Midi de Bigorre (2876 m). Vous pouvez l’emprunter à pied ou en VTT pour les plus courageux…ou prendre le téléphérique de la Mongie.


Le col est au centre du plus grand domaine skiable des Pyrénées françaises, le Grand Tourmalet et ses 100 km de pistes de ski alpin, qui réunit les stations de Barèges et de la Mongie.
La forêt de pylônes de télésièges gâche un peu le paysage, ainsi que l’architecture très urbaine de la Mongie notamment la barre d’immeubles géante à sa sortie. Un peu dommage…
…et pour finir ne soyez pas surpris de voir débouler des lamas au milieu des marmottes :-)

Météo

Quel temps fait-il au col ? Vous pouvez consulter les prévisions de la station de Barèges à 1250 mètres d’altitude pour avoir une idée de la couleur du ciel. Retirez une dizaine de degrés pour la température au col.

Webcam

Aucune webcam n’est actuellement recensée.

Vous aimez ce col ?

Donnez une note au col du Tourmalet en cliquant sur les étoiles :

VN:F [1.9.22_1171]
Note moyenne : 8.4/10 (21 votes)

Col du Tourmalet, 8.4 out of 10 based on 21 ratings
Vous avez recherché : col du tourmalet - tourmalet - Tourmalet carte - col du tourmalet vélo - bagneres de bigorre le tour malet en velo distance - distance lourdes Tourmalet - profil col du tourmalet -

3 Comments

  1. Je l’ai fait une fois en vélo depuis Campan mais ça sera la dernière ! je n’ai pris aucun plaisir car la montée est dure (bon d’accord je manquais d’entrainement) et le paysage très très décevant. Si la montagne est belle, elle est ici gachée par l’homme. La montée du col d’Aspin est 10 fois plus sympa et vraimen dans la nature

  2. Pour moi, c’est « LE » col à gravir. Je l’ai fait en 2004, avec mon VTT « Top Bike » de 13 kg+2 gourdes de 750 ml. Si le poids de mon vélo fut un handicap, en revanche, le braquet permis par ce dernier, surtout sur le dernier quart du parcours, m’a permis de doubler quelques gars avec des super vélos, mais qui serraient, car sûrement équipés de cassettes inadaptées (genre 11-25 à l’arrière, nettement insuffisantes si on n’a pas les jambes de Bardet). A la première tentative, j’avais tenté la passe de deux: « Aspin+Tourmalet », mais j’avais serré au paravalanche, dans un brouillard à couper au couteau, avec15° de moins qu’au départ, dans la vallée (25°) et une fringale qui m’a fait devenir un super client en catégorie « barres chocolatées », au bar de Ste Marie-Campan, une fois redescendu. Deux jours après, moins présomptueux, je n’ai fait « que » l’ascension du « Tourmalet » et là, c’est passé. Mais attention, que la pente est dure, à partir de « La Mongie »! On n’a aucun répit et c’est avec une gestion rigoureuse de l’effort (80-90% de la FC max) qu’on s’en tirera sans trop de problèmes. A l’époque, je ne pouvais dépasser 10-12 km/h dans la pente et pourtant, seules deux personnes ont réussi à me décrocher: mon frangin, un peu plus affûté et un cycliste, sorti du « Diable Vauvert » qui moulinait à 18-20 km/h, et qui m’a presque fait peur en me dépassant, tellement je ne l’attendais pas et que je me prenais pour le « roi de la montagne »… (un pro local à l’entraînement?) Le genre de dépassement qui vous réapprend vite fait à rester humble, en tout cas! Dans les 4 derniers kilomètres, tout le monde semble pourtant logé à la même enseigne: on veut à tout prix finir sans mettre le pied à terre et on a peur de serrer si on en fait trop. Donc, on gère jusqu’au lacet suivant, et ainsi de suite, jusqu’au sommet. Cette année, j’y retourne en juillet. Mais maintenant, j’ai un « carbone » de 7kg et 7000 bornes dans les pattes, mais… j’ai aussi 13 ans de plus! En tout cas, bonnes montées à tous et à toutes, et…souvenez-vous qu’après l’ascension, le plus dur, c’est la chute! Restez donc « safe » dans la descente, n’est pas Nibali ou Froome qui veut!

  3. Les 3 premiers km autour de 4.5 % au milieu des fermes et des chalets permettent de se mettre en jambes tout en profitant du paysage. Dès la sortie du hameau de Gripp, les choses sérieuses débutent avec un changement brutal de pente à 9% qui ne diminuera jamais jusqu’au sommet. L’interminable ligne droite du lac d’Artigues sous la chaleur annonce la couleur. Le double gauche au niveau de la cascade du Garet accentue la sensation de difficulté malgré l’entrée dans la forêt de sapins qui apporte un peu d’ombre, cette partie est superbe et le virage en épingle à droite ressemble à un véritable toboggan.

    La sortie de la foret de sapin laisse place à la partie la moins agréable du col avec le passage des paravalanches et une succesion de panneaux indiquant « prochain km à 10 % », je me suis demandé comment Ulrich avait pu distancer Amstrong sur le tdf 2003 sur cette portion tant c’est difficile. Le passage de la Mongie s’avère encore plus difficile avec des pourcentages autour de 12% mais cette animation soudaine et cette présence humaine réconfortent un peu malgré la douleur.

    La 3ème partie du col est la plus agréable avec un vrai contact avec la montagne rocailleuse sur une route traversée par moutons et vaches. Les 4 derniers km présentent 4 virages en épingles que l’on prend en danseuse et présentent une pente moyenne de 9-9.5%, la température diminue un peu et j’ai pu refermer mon maillot. Le passage au sommet après un dernier léger virage sur la gauche est un vrai bonheur tant ce col m’a paru difficile. Seul le Ventoux m’a autant fait mal aux jambes.

    Je trouve sévère la manière dont est jugé ce col. Il est vrai que le passage des paravalanches n’est pas agréable, que la circulation automobile y est dense et que la Mongie est loin de ressembler à Val d’Isère mais « la partie foret » et les 4 derniers km sont magnifiques. Après ça ne vaut pas la beauté de l’Aspin.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*